L’océan arctique n’est pas une zone touristique, les températures n’y sont pas propices au farniente sur la plage et les villes sont rares à proximité. La zone devrait être, de fait, assez protégée contre la pollution et, notamment, contre la pollution plastique. Pourtant, selon des chercheurs, l’océan arctique est très pollué par des matières plastiques… Trop pollué.

Le plastique s’accumule dans l’océan Arctique

Malgré l’absence d’activité humaine intense, l’océan Arctique ne serait pas épargné par la pollution de son eau et de ses fonds marins. C’est ce que révèle une étude, publiée le 19 avril 2017 dans la revue américaine Science Advances : l’océan Arctique est pollué, beaucoup plus pollué que ce qu’il devrait être normalement. Forcément, ça inquiète les spécialistes et les chercheurs.

La pollution des mers est l'un des fléaux du 21ème siècle : chaque année, on jette des tonnes de plastique dans l’eau. De quoi, selon les chercheurs, créer un sixième continent composé uniquement de déchets. Dans les mers et les océans flotteraient en effet 110 millions de tonnes de déchets plastiques. Une donnée qui n’est qu’une estimation, mais qui donne un aperçu de l’ampleur du problème.

Les courants marins transportent les déchets en Arctique

L’accumulation de matières plastiques dans l’océan Arctique est bien évidemment la faute de l’homme, mais ce sont les courants marins qui la provoquent : l’activité humaine n’est pas assez importante dans l’océan Arctique et ses environs pour que la quantité de déchets retrouvée au nord de la Scandinavie et au large du Groenland soit aussi importante.

Pour l’instant, les chercheurs se veulent rassurants : seulement 3 % des matières plastiques qui flottent dans les mers et océans dans le monde se retrouvent dans l’océan Arctique. Mais la situation pourrait rapidement empirer du fait des courants marins, ce qui risque de créer des dommages irréversibles à la faune et la flore du Pôle Nord.

À lire aussi : Déchets vs poissons 2050