La réforme de la taxe d'habitation devrait permettre à 80 % des locataires et propriétaires français d'être exemptés de ce prélèvement. Mais qui est concerné par sa suppression  ?

Un simulateur pour savoir si l'on bénéficie de la baisse de la taxe d'habitation

Le site du gouvernement dédié aux impôts a mis en ligne un simulateur pour calculer votre taxe d’habitation 2018. Il est ainsi très facile de savoir si vous êtes éligible à cette réforme de la taxe d’habitation qui entrera en vigueur à l’automne 2018. Pour rappel, cette dernière devrait permettre à 80 % des locataires et propriétaires français d'être exemptés de ce prélèvement.

Pour savoir si vous allez pouvoir bénéficier de la baisse puis de la suppression de la taxe d'habitation de votre résidence principale, il suffit donc de vous connecter et de renseigner votre revenu fiscal de référence, le nombre de part(s) dans votre foyer et, de manière optionnelle, le montant de votre taxe d’habitation. Le simulateur donne alors une réponse immédiate.

Toute le monde n'est pas concerné par cette baisse

Si vous êtes concerné par la réforme, vous bénéficierez de la baisse (30 % en 2018, 65 % en 2019) puis de la suppression de la taxe d’habitation de votre résidence principale en 2020, à condition que votre situation n’évolue pas. Mais si vous gagnez plus de 30 000 € par an pour un célibataire, plus de 48 000 € pour un couple sans enfant, plus de 54 000  pour un couple avec un enfant, plus de 60 000 € par an pour un couple avec 2 enfants ou plus de 66 000 € pour un couple avec 3 enfants, vous continuerez à payer cette taxe.

La suppression de la taxe d'habitation devrait toutefois être remplacée par un nouvel « impôt plus juste », selon Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Sans donner de calendrier précis pour la mise en place d'une mesure compensatoire à la fin de la taxe d'habitation, l'ancienne vice-présidente du Sénat pense que, pour le bloc communal, « il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c'est-à-dire les citoyens ».

À lire aussi Budget 2018 : les conséquences sur le quotidien des Français