Cette fois, le sort de la taxe d'habitation semble définitivement scellé. Alors qu'il persistait un doute sur sa suppression totale, le chef de l'État a tranché. Certains ministres avaient évoqué, ces derniers mois, l'idée de s'en tenir à la promesse électorale initiale, à savoir supprimer cette taxe pour 80% des Français. Mais lors d'une réunion publique dans la Drôme, à laquelle le chef de l'État s'est invité, jeudi 24 janvier 2019, il a déclaré, en réponse à une question sur la taxe d'habitation, que « plus personne ne la paiera, on la supprime en trois bouts ». 

Emmanuel Macron : « Plus personne ne paiera la taxe d'habitation »

Les chances de voir la taxe d'habitation effectivement supprimée pour tous les contribuables s'améliorent donc grandement, puisque l'exécutif va l'inscrire dans le prochain projet de loi de Finances, sans doute pour 2020. Ce sont en effet les parlementaires qui votent en dernier ressort la loi de Finances. Mais il y a fort à parier que des amendements tenteront de contrecarrer la suppression totale de la taxe d'habitation, au prétexte de ne pas faire de cadeau aux « plus riches ».

La taxe d'habitation supprimée aussi pour les résidences secondaires ? 

En revanche, un doute demeure sur le sort de la taxe d'habitation pour les résidences secondaires. Pour l'instant, celles-ci sont exclues du périmètre de la suppression progressive. Cela restait acceptable aux yeux du Conseil constitutionnel qui veille au respect de l'égalité des citoyens devant l'impôt.

En revanche, si la taxe d'habitation devait être supprimée pour tous (d'ailleurs, notamment justement, pour les mêmes raisons constitutionnelles), les 2,8 milions de propriétaires de résidences secondaires pourraient s'estimer injustement mal traités. Et former des recours... 

Le feuilleton de la suppression de la taxe d'habitation n'est donc pas terminé, d'autant que le financement de cette suppression totale n'est, pour l'instant, pas non plus assuré... 

À lire aussi : Pourquoi votre taxe d’habitation n’a pas forcément baissé