Pendant l’année 1910, Paris a connu une crue centennale et en a subi les lourdes conséquences durant des semaines. Cette crue se reproduira un jour, mais il est impossible d’en prévoir la date.

Centennal signifie le niveau de probabilité qui est de 1% par an.

Ce phénomène a plus de chance de se produire entre le mois de novembre et le mois de mars.

Cette expérience de 1910 a permis aux habitants d’en retirer beaucoup de leçons pour Paris, mais aujourd’hui ce sont surtout les banlieues comme celles de Hauts-de-Seine qui sont les plus vulnérables. Gennevilliers se retrouverait en difficulté, la moitié de la commune étant en zone inondable.

Ce film expose numériquement les conséquences d’une inondation en aval de Paris.

Ainsi, à partir d’une crue dépassant 7 mètres, il est impossible de demeurer chez soi ou d’aller travailler. Les problèmes en eau potable seraient les plus importants à régler et les inondations rendraient les dépôts pétroliers inaccessibles, ce qui ne manquerait pas de paralyser toute la zone francilienne.

Des précautions sont prises comme la construction de quatre lacs réservoirs qui pourraient réduire la crue à 70 %. Des murs anti-crue ont été rajoutés particulièrement le long des routes dans les Hauts-de-Seine.

Après une crue centennale, le retour à la normale est lent et peut s’étendre sur plusieurs semaines. 

Crédit Photo : Capture d’écran YouTube