Si l’on dit « dormir comme un bébé » c’est que les plus jeunes ont, en général, un très bon sommeil qui favorise leur développement physique et cérébral. Du côté des seniors, au contraire, le sommeil est perturbé. Quelles sont les raisons de ce phénomène et les conséquences sur leur santé ?

Le cerveau produit moins d’ondes lentes favorisant le sommeil profond

Pourquoi les adultes dorment-ils moins bien lorsqu’ils sont âgés ? Quelles altérations de la quantité et de la qualité du sommeil se produisent à mesure que nous vieillissons, et y a-t-il des conséquences fonctionnelles ? Quels sont les mécanismes neurologiques sous-jacents qui expliquent la perturbation du sommeil liée à l'âge ? Telles sont les questions que se sont posés les chercheurs de l’étude sur le sommeil des seniors publiée en avril 2017 dans la revue Neuron.

Selon les chercheurs, la dégradation de la qualité du sommeil des personnes âgées serait liée aux changements physiologiques dus à l’âge. Ainsi, lorsqu’une personne vieillit, son cerveau ne produit plus les ondes lentes qui favorisent l’entrée dans le sommeil profond. Ce dernier correspond à la troisième phase du sommeil, il se situe après l’état de somnolence et le sommeil léger mais avant le sommeil paradoxal.

Des troubles de la mémoire pour les seniors ayant un sommeil perturbé

Ainsi, pour les seniors, le sommeil profond laisse la place au sommeil léger. Or, il s’agit de la phase la plus importante du sommeil puisqu’il joue un rôle important sur le cerveau, notamment sur sa capacité à mémoriser. Sans sommeil profond de qualité, la mémoire est altérée.

Même si les troubles de la mémoire des personnes âgées sont liés à l’altération de leur sommeil profond, prendre des somnifères pour dormir n’est pas une solution à choisir en priorité. Il est préférable par exemple de se tourner vers des activités physiques comme la marche qui peuvent aider à récupérer un sommeil de meilleur qualité.

À lire aussi : Seniors : maîtriser son sommeil, ça s'apprend