Le mardi 15 novembre ont débuté l’évacuation de près d’un millier de touristes dans la station balnéaire de Kaikoura, dans l’île du Sud en Nouvelle-Zélande. La zone a été fortement frappée par un tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a touché le pays lundi dernier.

Un tremblement de terre aux conséquences désastreuses

La station de Kaikoura a été coupée du monde suite aux gigantesques glissements de terrain qui ont endommagé les routes et les liaisons ferroviaires. La police affirme que les réserves d’eau diminuent, alors que plusieurs centaines de personnes se réfugient dans des centres d’évacuation. 1 200 touristes étaient présents en plus des 2 000 habitants de la commune, selon le décompte fourni par le premier ministre John Key.

Les différentes réparations vont sûrement atteindre plusieurs milliards de dollars, mais la principale mission des pouvoirs publics est de se concentrer sur les personnes réfugiées, la distribution de nourriture et d’équipements. « C’est plus d’eau et de nourriture, c’est plus de toilettes chimiques, c’est réparer l’accès routier, c’est évacuer les touristes et puis finalement, ça sera le gros travail de nettoyage », a ainsi affirmé le chef du gouvernement.

Un nombre important d’axes routiers endommagés

Une cinquantaine d’hélicoptères devraient être mobilisés pour évacuer les victimes. En effet, des tonnes de débris sont tombés sur un axe routier important et certains rails de chemin de fer ont été arrachés.

L’épicentre du séisme a été évalué à 23 km de profondeur non loin de Kaikoura. C’est dans cette ville qu’un séisme de magnitude 6,3 avait fait près de 185 morts au mois de février 2011. La Nouvelle-Zélande se situe à la limite d’une zone faisant partie de « la ceinture de feu » où presque 15 000 tremblements de terre sont enregistrés chaque année. 

http://www.newshub.co.nz/business/nz-dollar-dairy-farms-take-hit-in-quakes-2016111413