81 départements sont désormais concernés par des mesures de restriction d'eau, annonce mercredi 8 août le site gouvernemental Propluvia. Sur ces 81 départements, 38 sont placés en niveau de crise : des mesures d'économie d'eau très restrictives pour les particuliers et professionnels y sont prises.

 81 départements sont concernés par des restrictions d'eau

Le début de l'été 2019 a été particulièrement chaud, avec une canicule terrible, où des records de chaleur ont été battus. Conséquence, les nappes phréatiques peinent à se recharger. Le site gouvernemental Propluvia a indiqué mercredi 7 août que 81 départements sont concernés par des restrictions d'eau. Sur ces 81 départements, 38 sont placés en niveau de crise, c'est-à-dire que des mesures d'économie d'eau très restrictives pour les particuliers et professionnels y sont prises.

Au total, 170 arrêtés ont été pris pour limiter le gaspillage. Dans les départements où le niveau de restriction est le plus élevé, aucun prélèvement d'eau n'est permis, y compris à des fins agricoles. Les seuls usages autorisés sont ceux « permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires », indique le site, c'est-à-dire ceux qui concernent les domaines de la santé, la sécurité civile, l'eau potable et la salubrité.

Les agriculteurs en souffrance

Dans le détail, voici les départements concernés par cette alerte rouge : l'Ain, l'Allier, l'Aude, l'Aveyron, la Charente, le Cher, les Côte-d'Or, la Creuse, les Deux-Sèvres, la Dordogne, l'Eure, l' Eure-et-Loir, le Gers, la Gironde, la Haute-Garonne, la Haute-Loire, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Vienne, l'Ille-et-Vilaine, l'Indre, l'Indre-et-Loire, la Loire-Atlantique, le Loiret, le Loir-et-Cher, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, la Nièvre, l'Oise, le Puy-de-Dôme, la Saône-et-Loire, la Sarthe, la Seine-et-Marne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne,la Vendée, la Vienne et l'Yonne.

Les agriculteurs subissent la situtation, mais le ministère a indiqué que la dérogation jachères est étendue à 27 nouveaux départements et concerne à présent 60 départements. Elle permet aux professionnels de valoriser leurs terres en jachère, c'est-à-dire les champs non cultivés. Ils peuvent donc les faucher ou y faire paître leurs animaux, pour compenser le manque de fourrage. Le ministre les a également enjoints à faire preuve de solidarité entre eux. Il souhaite ainsi voir des échanges se mettre en place entre les départements disposant de fourrages et ceux en pénurie.

À lire aussi : 10 plantes qui nécessitent peu d’eau