Une cotisation dépendance à partir de 40 ans

On le sait, le dossier explosif de la dépendance, et du financement de celle-ci, empêche bien des patrons de mutuelle de dormir sereinement. Où trouver l'argent, en effet, pour faire face à ces dépenses, dont le montant va exploser de manière quasi exponentielle dans les prochaines années ? 

Le patron de la Mutualité Française, qui fédère 450 mutuelles, a commencé à esquisser une réponse dans Le Parisien. Un brin iconoclaste, il propose dans un premier temps d'ajouter une cotisation d'assurance destinée à financer la prise en charge de la dépendance, et ce à partir de 40 ans et pas avant. Une manière de dire que la solidarité en la matière ne doit commencer qu'à partir d'un certain âge, et ne pas crever le pouvoir d'achat des plus jeunes, qui sont aussi les plus éloignés du problème. 

Mais, comme cela ne suffira pas (15 euros de cotisation mensuelle octroieraient, en effet, seulement 500 euros de prise en charge dans un EHPAD, pour les plus dépendants), il ose aller encore plus loin. Il faut « faire payer chacun en fonction de ses revenus », propose Thierry Beaudet. Et bien entendu, pour éviter tout risque d'une prise en charge de la dépendance à deux vitesses, il faudra aussi « fixer des tarifs plafond pour chaque service ». 

Tarif des mutuelles : 1,8% en moyenne pour 2019

Quant au prix des complémentaires santé pour 2019, contrairement à certaines annonces alarmiste, la Mutualité Française annonce qu'elles n'augmenteront que de 1,8 % en moyenne, soit l'équivalent de l'inflation pour l'an dernier. En revanche, si l'Etat continue à se défausser de la prise en charge de certaines dépenses de santé, il faudra bien continuer à augmenter les tarifs l'an prochain... 

À lire aussi : Retraites : la bataille du pouvoir d'achat, c'est maintenant