Bientôt, les grandes surfaces pourront peut-être vendre des médicaments.

Une liste limitée de médicaments autorisés en supermarché

Non, il ne sera pas possible d'acheter de l'aspirine ou du paracétamol, demain, en supermarché. Ces médicaments, bien que non soumis à prescription médicale et vendus « librement » en pharmacie, ne seront pas, demain, vendus en grande surface. Pour la bonne et simple raison qu'un pharmacien refuserait de vendre dix boîtes de paracétamol à un client, demain, sans une bonne raison, comme par exemple devoir regarnir les armoires à pharmacie et trousses de secours des voitures. 

En revanche, demain, les grandes surfaces pourraient être autorisées à vendre certains médicaments sans ordonnance ou encore, des dispositifs d'auto-diagnostics. On parle ici de médicaments contre les maux de gorge ou de traitements d'attaque des rhumes. Mais aussi, de tests de dépistage du Sida ou encore de dosage du sucre dans le sang. Et même de tests de la maladie de Lyme.

Un pharmacien diplômé aux manettes obligatoire

L'Autorité de la concurrence, qui a émis cette recommandation dans un rapport publié début avril, propose en revanche que ces différents médicaments et outils d'auto-diagnostics soient commercialisés dans un espace dédié du supermarché, avec un pharmacien diplomé comme interlocuteur, les clients devant passer par une caisse dédiée. Sachant que certaines grandes surfaces disposent déja d'espaces parapharmacie dédiés séparés, cet assouplissement des règles leur permettrait de vendre de nouveaux produits de santé. 

À noter cependant que toutes les grandes surfaces ne pourront pas ouvrir un tel coin santé, puisqu'elles devront d'abord obtenir l'autorisation préalable des autorités qui veilleront, notamment, à ne pas affaiblir les officines voisines existantes. Dans son rapport, l'Autorité de la concurrence a par ailleurs proposé d'assouplir un peu plus encore les règles permettant aux officines de vendre des médicaments en ligne. Notamment eu égard au fait que la concurrence européenne ne se voit pas opposer les mêmes contraintes réglementaires, y compris pour vendre des médicaments en France... 

À lire aussi : Des médicaments anti-rhume, vendus sans ordonnance interdits de publicité