Le seul survivant du commando du Bataclan et du Stade de France a prononcé une tirade devant le juge justifiant les attentats du 13 novembre 2015, avant de revenir à son silence.

Salah Abdeslam sort brièvement de son mutisme

Deux ans après sa dernière prise de parole, Salah Abdeslam, accusé d'avoir préparé et participé aux attentants du 13 novembre 2015, s'est exprimé devant le juge. Au cours de son monologue, il a expliqué que les attentats du Bataclan et du Stade de France étaient une espèce d'auto-défense de la part de musulmans. 

« Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, vous buvez du vin ou vous écoutez de la musique. Mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent », a-t-il déclaré.

Pour Salah Abdeslam, les victimes des attentants paient pour les erreurs de leurs dirigeants

Sans présenter d'excuses ni formuler de regrets, Salah Abdeslam s'est ensuite adressé aux familles des victimes en justifiant les attaques : « Mettez votre colère de côté et raisonnez quelques instants. Vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants ».

Après sa tirade, Salah Abdeslam est retourné au silence, qu'il garde depuis voilà deux ans. Malgré les 20 questions que le juge lui a posées, il est resté muet. L'accusé a par ailleurs renoncé à avoir un avocat et a déclaré son intention de « s'en remettre à Allah ».

À lire aussi : Le « logeur de Daesh », Jawad Bendaoud, se serait vanté d'avoir dupé la justice