En France, les rues sont la propriété de l’État : personne ne peut acheter une rue. Ce n’est pas exactement pareil aux États-Unis, où la ville peut décider de mettre aux enchères des rues. C’est ce qu’il s’est passé avec la rue Presidio Terrace, l'une des rues les plus en vogue de la ville de San Francisco. Elle est habitée par des millionnaires qui en avaient fait une rue « privée ».

Une taxe de 14 dollars par an

Pour avoir une rue privée, les habitants de San Francisco n’ont qu’à payer une taxe de 14 dollars par an. Une véritable broutille, surtout pour les résidents de Presidio Terrace, puisqu’il y a pas moins de 35 villas valant plusieurs millions le long de cette rue, et près de 181 foyers y sont recensés. 14 dollars, en tout, c’est moins de 10 centimes de dollars par foyer.

Cette taxe, c’est l’association de quartier qui aurait dû la payer. Elle ne l’a pas fait pendant une trentaine d’années, ce qui a conduit la municipalité de San Francisco à mettre la rue aux enchères pour récupérer son dû : 994 dollars, amendes comprises. C’était en 2015 et ce sont deux investisseurs, Michael Cheng et Tina Lam, qui ont remporté les enchères : pour 90 100 dollars, la rue leur a été adjugée.

Faire payer les résidents… qui comptent se battre

Deux ans après cet achat, comme le raconte le San Francisco Chronicle, les deux entrepreneurs ont décidé de faire fructifier leur affaire. Ils ont donc l’intention de trouver un moyen de faire payer les propriétaires des maisons de Presidio Terrace, des propriétaires fortunés qui pourraient, par exemple, louer une ou plusieurs des 120 places de parking.

Mais les propriétaires ne comptent pas se laisser faire. Ils tentent de faire annuler la vente, estimant que la municipalité de San Francisco n’a pas fait les choses dans les règles, ce que cette dernière conteste. La première audience opposant la ville, les propriétaires de la rue et les habitants de Presidio Terrace est prévue en octobre 2017.

Vous aimerez aussi : Dans la brume de San Francisco