Le Conseil d’orientation des retraites a estimé un déficit de 0,4% du PIB, soit 10 milliards d’euros. C’est deux fois plus que ce qui était prévu pour 2022. 

Un déficit plus imposant

Le déficit des retraites peine à être résolu. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) a revu ses prévisions à la hausse. Bien que dans son dernier rapport de 2018, le COR tablait sur un solde « négatif » de 0,2% du PIB en 2022, soit environ 5 milliards d’euros, les chiffres ont été revus et devraient doubler. 

Dans le rapport annuel 2019, dont l’AFP a dévoilé le contenu, mardi 11 juin, la prévision pour 2022 est aujourd’hui estimée à un déficit à hauteur de 0,4% du PIB, soit 10 milliards d’euros et donc deux fois plus pesant que prévu. Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement qui doit présenter la réforme des retraites en juillet. 

Vers un recul du retour à l’équilibre

Alors qu’un retour à l’équilibre était espéré pour 2036, selon le rapport de l’année dernière, il est aujourd’hui reporté à 2042 « dans le meilleur des cas », avec une productivité en hausse de 1,8% par an. Si le taux atteint 1,5%, il faudrait attendre 2056 pour trouver un équilibre. En deça, « le système de retraite resterait durablement en besoin de finance », indique le COR. 

La réévaluation du déficit est dûe à des recettes en baisses (13,4%) malgré des dépenses stables (13,8% du PIB). Le COR explique la baisse des recettes par « la maîtrise des dépenses publiques à travers (celle) des rémunérations et de l’emploi » dans la Fonction publique. « Cela se traduit par des ressources moindres pour le système de retraite et une dégradation du solde ». Emmanuel Macron s’était finalement trop avancé quand il affirmait que les retraites n’étaient « plus un problème financier ».

À lire aussi : Retraite : quelles sont les villes idéales pour s’installer ?