La réforme des retraites en cours devrait permettre à ceux qui travaillent dans des conditions pénibles ou sont invalides de partir plus tôt. Idem pour les salariés frappés par une invalidité reconnue.

Transformer le C2P en compte à points ? 

Problème : le système actuel de retraites accorde des trimestres de cotisation supplémentaires aux ayant-droits, leur permettant de partir plus tôt. Mais en passant au système à points, ces trimestres en plus ne produiront plus l'effet souhaité ! Qui plus est, il existe autant de prises en charges différentes de la pénibilité ou de l'invalidité que de systèmes de retraite existants. 

D'après une note que le magazine Capital a pu consulter, le Haut Commissariat à la réforme des retraites envisagerait d'utiliser le compte professionnel de prévention (C2P) pour permettre un départ anticipé à la retraite.

Les fonctionnaires pourraient sortir gagnants de cette réforme

Les trimestres de cotisation créés par le biais du C2P pouraient être transformés. Et permettre par la suite d'abonder le compte de points de retraite du salarié. Et donc, autoriserait un départ anticipé à la retraite, ou une majoration de pension.  

Autre sujet sur la table, un départ anticipé à la retraite pour inaptitude ou invalidité. Là encore, la diversité des dispositifs existants ne facilite pas le travail de l'uniformisation. En particulier, les différences de traitement entre salariés du privé et fonctionnaires exigent des arbitrages qui, contrairement à certaines idées reçues, pourraient profiter aux seconds. Les fonctionnaires partis plus tôt que l'âge légal pourraient espérer toucher une retraitre à taux plein, une fois celui-ci franchi. 

À lire aussi : Retraites : un bonus pour ceux qui arrêtent de travailler après 62 ans ?