Une étude suédoise de l’université de Stockholm nous apprend que les grasses matinées du week-end auraient une vertu : en compensant le déficit de sommeil accumulé durant la semaine, elles permettraient de rallonger l'espérance de vie !

Une étude pour déterminer si les habitudes de sommeil ont un impact sur la mortalité...

Selon l'équipe du professeur Torbjörn Akerstedt, de l’Institut de recherche sur le stress de l’université de Stockholm, se lever tard le week-end compenserait le manque de sommeil accumulé pendant la semaine, ce qui pourrait augmenter l'espérance de vie. De nombreux travaux suggèrent en effet que le manque de sommeil peut nuire à la santé, étant associé à un risque plus élevé de cancer, de diabète et de maladies cardiaques.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont suivi pendant 13 ans le mode de vie de plus de 43.000 hommes et femmes de moins de 65 ans. Dès qu’un participant mourait, les scientifiques examinaient son dossier de décès pour déterminer si ses habitudes de sommeil ont eu un impact sur sa mortalité.

... et qui vient contredire les conclusions d'études antérieures

L’équipe du professeur Torbjörn Akerstedt a pu le vérifier : les personnes ne dormant pas suffisamment la semaine mais se rattrappant le week-end, ont le même taux de mortalité que celles ayant chaque jour des nuits d'environ 7 heures. « Les résultats impliquent que le sommeil court en semaine n’est pas un facteur de risque de mortalité s’il est combiné avec un sommeil de week-end moyen ou long », concluent les scientifiques.

Leur étude vient donc contrecarrer les précédentes qui affirmaient que les heures de sommeil perdues n'étaient pas rattrapables. Certaines études antérieures déconseillaient même les grasses matinées ! Mais alors, qui croire ? Le mieux n'est-il pas encore d'écouter son horloge biologique, de privilégier des rythmes de sommeil réguliers et de ne pas résister aux premiers bâillements juste après le dîner ?

Vous aimerez aussi : Bien dormir, quelques conseils