L’Établissement Français du Sang (EFS) s’inquiète déjà pour la période estivale : avec les Français en vacances, les donneurs réguliers risquent de rater leur rendez-vous. Un problème alors que les réserves de sang sont déjà faibles et que le sang ne peut pas se conserver très longtemps. L’autonomie risque de tomber sous la barre des 7 jours.

La canicule de juin 2017 a freiné les donneurs

C’est un fait inattendu qui est plutôt mal tombé : la canicule du mois de juin 2017 qui a frappé la France a conduit les donneurs réguliers à l’être un peu moins. La journée mondiale des donneurs, qui s’est tenue le 14 juin 2017, a été un succès encore cette année, mais au final, le risque de pénurie de sang pourrait devenir réalité.

Les vacances et les chaleurs n’aident en rien la situation : les donneurs ont moins tendance à se déplacer lorsqu’ils sont en congés ou lorsque les températures sont trop élevées. Or, la demande ne baisse pas : selon l’EFS, il faut près de 10 000 dons de sang chaque jour pour que la quantité de poches de sang disponibles en France suffise à soigner les patients. Les réserves commencent à se réduire.

Un risque de pénurie en août 2017 ?

La situation n’est pas encore dramatique : si l’EFS tire la sonnette d’alarme, c’est pour éviter qu’elle empire. Actuellement, il y aurait 80 000 poches de sang disponibles alors que la réserve moyenne, en France, est de 100 000. Pour rappel, un don ne peut que se conserver 5 jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules rouges.

L’EFS espère que la mobilisation sera au rendez-vous avant la période estivale et, surtout, le 15 août 2017, où le risque de pénurie sera le plus fort.

À lire aussi : Don du sang : des besoins urgents