De nombreuses personnes souffrent de fatigue chronique. L’origine de ce trouble était inconnue, mais des chercheurs américains viennent peut-être de trouver la réponse à ce mystère, grâce aux bactéries de la flore intestinale !

Les bactéries de la flore intestinale jouent un rôle sur votre fatigue

La fatigue chronique est loin d’être une maladie anodine. Découvert dans les années 80, ce syndrome scientifiquement appelé « encéphalomyélite myalgique » se caractérise par une fatigue persistante, qui résiste dans le temps et malgré le repos. Aujourd’hui, les autorités sanitaires s’accordent à considérer ce trouble comme une réelle maladie neurologique. Et pourtant, l’origine de cette fatigue inexpliquée pourrait bien se trouver dans les intestins de la personne qui en souffre.

C’est ce que suggèrent les auteurs d’une récente étude publiée dans la revue Microbiome. Ces derniers, chercheurs à l’université de Columbia, aux États-Unis, se sont intéressés aux bactéries présentes dans la flore intestinale des personnes touchées par une fatigue persistante et ont identifié ce qui pourrait éclairer le mystère de cette maladie.

Les femmes sont plus sujettes à la fatigue chronique que les hommes

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de cette étude ont comparé les cas de 50 personnes atteintes d’encéphalomyélite myalgique et de 50 sujets sains. En analysant des échantillons de leur matière fécale, ils ont observé que certaines espèces bactériennes telles que le Faecalibacterium et le Clostridium étaient beaucoup plus nombreuses dans les selles des personnes atteintes de fatigue chronique. Selon leurs premières conclusions, qui devront être confirmées par davantage d’études sur le sujet, c’est ce déséquilibre intestinal qui perturberait la communication entre l’intestin et le cerveau et serait à l’origine de la fatigue.

Si cette étude était confirmée, elle pourrait venir en aide à de nombreux patients démunis devant leurs symptômes. Selon les statistiques actuelles, les femmes, particulièrement entre 20 et 40 ans, seraient plus nombreuses que les hommes à être touchées par une fatigue chronique. Aujourd’hui, le seul remède préconisé par les médecins à leurs patients est de s’accorder un maximum de temps de repos.