La prévention des accidents vasculaires cérébraux est liée à une meilleure connaissance des facteurs de risque, mais aussi à celle des signaux d’alerte. Cette connaissance permettrait de sauver des milliers de personnes chaque année.

Les accidents ischémiques transitoires peuvent être annonciateurs de troubles graves

Un accident ischémique transitoire (AIT) est un accident cérébral dont les symptômes passent parfois inaperçus. Ils sont pourtant de véritables signaux d’alerte, puisque près d’un tiers des infarctus cérébraux ou AIT conduisent à un AVC pouvant être mortel ou laisser de graves séquelles.

La France a instauré un protocole d’intervention d’urgence pour que les patients aient accès le plus rapidement possible à un service spécialisé. Les symptômes des AIT sont brefs et durent moins de 24 heures, ils peuvent correspondre à : une baisse brutale de la vision, la paralysie d’un membre ou d’un côté, des troubles de langage, de l’équilibre et de compréhension. La survenue de plusieurs AIT multiplie le risque d’AVC.

Savoir réagir rapidement face aux signaux d’alerte de l’AVC

L’apparition d’un AVC constitue une vraie situation d’urgence. Reconnaître les premiers symptômes permet de réagir au plus vite. En effet, les premières heures d’un AVC sont déterminantes, pouvant limiter les risques de lésions cérébrales et la gravité des séquelles.

Les principaux symptômes sont : une faiblesse musculaire ou un engourdissement du visage, des troubles visuels, une difficulté de langage, des pertes de sensibilité, d’équilibre mais aussi des maux de tête violents. Si vous reconnaissez un jour ces signaux d’alerte, sachez réagir rapidement en appelant le 15.

Vous aimerez aussi : AVC : les gestes qui sauvent