Des nombreux producteurs de vins sont concernés par une importante baisse de leur récolte. Le réchauffement climatique serait le principal responsable de ce constat.

La production viticole française diminue de 12 %

Le réchauffement climatique nuit gravement à la production viticole mondiale. Les experts s’inquiètent de ce phénomène qui impacte de nombreux producteurs de vins, de la France au Chili. En 2016, la production mondiale est estimée à 259 millions d’hectolitres, soit une des « plus faibles depuis 20 ans », s’alarme l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

En France, la production annuelle a perdu 12 % par rapport à 2015. L’Hexagone n’est pas le pays le plus impacté au monde puisqu’en Argentine, les récoltes ont diminué de 35 % depuis l’année dernière, contre 21 % au Chili.

L’Italie reste le premier producteur mondial

Le réchauffement climatique est largement responsable de ces conséquences et les intempéries qui ont frappé la France cette année ont également eu un impact sur la production de Champagne. La récolte a été plus faible de 30 % par rapport à l’année dernière.

« Avec le réchauffement climatique, on assiste à une recrudescence des phénomènes exceptionnels qui sont à la fois plus répétitifs, de plus longue durée et de plus grande ampleur », explique Jean-Michel Aurand, directeur général de l’OIV, dans des propos repris par le quotidien 20 minutes.

Tous les pays producteurs de vin n’ont heureusement pas tous été impactés par cette conséquence du changement climatique cette année et l’OIV note que l’Espagne a vu sa production annuelle augmenter de 1 % à 37,8 millions d’hectolitres en 2015. L’Italie, malgré une baisse de ses récoltes de 2 % cette année, reste encore aujourd’hui le premier producteur de vin au monde.

À lire aussi : 2000 milliards : voici la facture annuelle du réchauffement climatique