Pour lutter contre la pollution, la Chine crée une ville-forêt, Liujiang, dont la construction s'achèvera en 2020. Elle pourrait absorber 10 000 tonnes de Co2 par an. 

900 tonnes d'oxygène supplémentaires chaque année 

Lutter contre le réchauffement climatique semble devenir un sujet important pour les autorités mondiales, dont la Chine qui est le premier pays pollueur au monde. Pour commencer à réduire ses émissions de gaz à effets de serre, la municipalité de Liuzhou a décidé de construire une ville-fôret qui absorberait la pollution. 

La Liuzhou Forest City, dont l'achèvement des constructions est prévu pour 2020, est localisée dans la région autonome de Zhuang du Guangxi, au sud de la Chine. Dans cette ville de 175 hectares, l'intégralité des bâtiments seront recouverts d'arbres et de végétaux. La végétation de cette ville-forêt pourrait ainsi produire jusqu'à 900 tonnes d'oxygène par an.

La première cité verte sera-t-elle chinoise ? 

Fonctionnant comme une ville "normale", la ville-forêt chinoise pourra domicilier jusqu'à 30 000 personnes. Dans le même temps, la végétation de la future ville de Liuzhou, composée de 100 espèces différentes et 40 000 arbres, devrait permettre à la Chine d' « absorber environ 10 000 tonnes de CO2 et 57 tonnes de polluants par an », selon le responsable à l'initiative du projet. 

Avec des commerces, deux écoles, un hôpital, un réseau de transports entièrement électrifiés et une autosuffisance énergétique grâce à un parc de panneaux photovoltaïques important, le projet chinois de cette cité verte est précurseur. Mais il ne semble pas voué à s'étendre sur le reste du territoire, car un tel parc végétatif nécessite des conditions météorologiques adéquates. 

À lire aussi : La nature est aussi responsable du réchauffement climatique