Les milliers de radars en panne vont coûter cher à l'État.

60% des 3.300 radars neutralisés ou détruits

Cette fois, le chiffre est officiel : d'après les autorités, 60% des radars automatiques français sont hors service. Dans sa communication, le gouvernement fait partir le décompte depuis l'entrée en vigueur de la limitation à 80 km/heure car, effectivement, dès le mois d'octobre, on recensait des centaines de radars masqués ou vandalisés, un peu partout en France.

Mais le mouvement des « gilets jaunes » a amplifilé le mouvement : début janvier, 60% des appareils automatiques étaient incapables de verbaliser, d'après le ministre de l'Intérieur. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'ils ne mesurent plus les excès de vitesse ! Mais la plupart du temps, l'appareil photo est soit masqué par un carton ou un sac plastique, soit endommagé ou détruit.


Les amendes pour excès de vitesse rapporteront moins en 2019

Conséquence : le volume des excès de vitesse non seulement constatés, mais aussi notifiés aux contrevenants, est de facto en chute libre.

L'État va donc devoir dépenser plusieurs millions d'euros pour remettre en état tous les radars, sachant qu'un radar coûte 20.000 € en moyenne et qu'il y en a 3.300 en France. Mais aussi, devoir renoncer à une partie des recettes espérées cette année, en provenance des excès de vitesse. Dans le projet de loi de Finances, Bercy anticipait 1,4 mlliard d'euros de recettes.

Ce sera sans doute beaucoup moins. D'autant que les radars risquent de cristalliser encore pendant quelques temps la colère des automobilistes en colère contre les 80km/h comme celle des « gilets jaunes », qui sont souvent les mêmes...

À lire aussi : Excès de vitesse : il accuse le vent d’avoir poussé sa voiture