Le coût des catastrophes naturelles en 2015 a été le plus faible depuis 2009.

En effet, le phénomène El Niño a réduit le nombre d’ouragans dans l’Atlantique Nord, bien qu’il ait causé inondations et vagues de chaleur dans les pays développés et dans les pays émergents.

Les séismes du mois d’avril au Népal, qui ont atteint une magnitude de 7.8, sont la pire catastrophe de l’année en termes de pertes humaines et de coût financier. Lors de ces tremblements de terre, 9000 personnes ont perdu la vie. Le coût s’élève à 4.8 milliards de dollars.

Mais de manière générale, la plupart des catastrophes naturelles de 2015 ont touché des zones peu peuplées ou ne sont même pas arrivées sur les côtes.

Le cout global des catastrophes naturelles de l’année est de 90 milliards de dollars contre 113 milliards en 2014. En tout, on recense 23 000 décès dans ces événements.

La catastrophe naturelle la plus couteuse pour les assurances fut la série de tempêtes hivernales du nord-est des États-Unis et du Canada, en février (2.1 milliards de dollars).

En Europe, ce sont les inondations de décembre, dues à la tempête Desmond qui a touché la Grande-Bretagne et les pays scandinaves, qui ont causé le plus de dégâts. Les pertes sont estimées à 1,4 milliard d’euros.

Crédit Photo : lafaiet – Fotolia.com