La grève « perlée » à la SNCF touche à sa fin, sans que les revendications phares des cheminots n'aient été incorporées dans la loi.

La mise en concurrence aura lieu, malgré l’opposition des cheminots

Dès le mois de juillet 2019, les Français pourront à nouveau emprunter des trains sans avoir à consulter au préalable un calendrier des grèves. Même avec les 36 jours d’arrêt de travail, les cheminots n’ont pas obtenu le retrait de la loi, ni même le retour au recrutement au statut pour tous. Désormais, les nouvelles recrues ne bénéficieront plus du régime particulier mais auront des droits identiques aux salariés du privé.

L’ouverture à la concurrence se fera progressivement. Les premiers appels d’offres pour les lignes TGV seront lancés à partir de décembre 2020. L’ouverture à la concurrence des TER se fera au rythme souhaité par chaque région, au plus tôt en décembre 2019. Mais in fine, quelle que soit la position de la région, le principe de concurrence deviendra obligatoire à partir de décembre 2023. En Île-de-France, la mise en concurrence se fera entre 2023 et 2033.

SUD Rail dénonce la gestion par le gouvernement de la réforme ferroviaire

Le syndicat SUD Rail clame haut et fort sa déception : « La méthode mise en œuvre par le gouvernement s’apparente plus à une guerre sociale qu’à une élaboration démocratique pour définir un projet commun. Les fameuses « concertations » n’ont rien apporté ». Et ne semble pas prêt à se faire aux nouveaux règles du jeu : « Il convient de retirer ce pacte ferroviaire et d’ouvrir, comme le demandent les cheminots grévistes, de vraies négociations qui garantiraient un vrai avenir au système ferroviaire public et aux cheminots qui refusent de payer cette mauvaise réforme de leur sueur ! », fait-il savoir via un tract.

Même détermination chez CFDT Cheminots : « Nous ne devons pas nous tromper de cible. Après trois mois de conflits, les cheminots n’ont pas à baisser les yeux, ils se sont battus vaillamment pour contrer et réduire les effets les plus négatifs d’une loi dont ils n’ont pas voulu ».

À lire aussi SNCF : un nouveau plan pour lutter contre les retards