Avec trois mois d’avance, la gastro-entérite est précoce cette année. Comment faire pour la guérir ? Voici quelques conseils pour se remettre sur pied sans contaminer les autres.

Se laver les mains et s’hydrater

« En trois semaines d’épidémie, 441 000 personnes auraient consulté un médecin », constate, dans son bulletin épidémiologique du 27 janvier 2016 le Réseau Sentinelles, système national de surveillance de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l’Université Pierre-et-Marie-Curie (Université Paris-VI).

Pour guérir au plus vite, l’hygiène des mains doit être irréprochable durant la période de gastro-entérite. Celle-ci permet de ne pas contaminer l’entourage. La réhydratation est également très importante. Elle passe par des boissons isotoniques, des bouillons, tisanes et des apports en eaux minérales. Les boissons alcoolisées sont fortement déconseillées car elles déshydratent l’organisme.

Manger léger et privilégier certains aliments

Lorsque vous retrouvez l’appétit, il est préférable de favoriser une alimentation légère et riche en fibres. Les pâtes, le riz, pommes de terre et carottes cuites sont recommandés. Certaines astuces de grand-mères peuvent se révéler efficaces, notamment la tisane de myrtilles séchées. En effet, cette dernière possède une puissante action anti diarrhéique. Pour la préparer, il suffit de mettre 50 grammes de fruits séchés dans une casserole d’eau froide, puis de les porter à ébullition. Une fois refroidie, vous pouvez boire la préparation tout au long de la journée.

Chaque hiver, les gastro-entérites peuvent faire l’objet d’un nombre important de consultations médicales variant de 700 000 à 3,7 millions, comme l’a rappelé l’Institut de veille sanitaire. Durant les prochaines semaines, le taux d’activité de la gastro-entérite devrait se stabiliser voire augmenter.