Selon une nouvelle étude scientifique, l'exposition aux perturbateurs endocriniens in utero serait la cause de la survenue d’une puberté précoce chez les jeunes filles. Et les cosmétiques sont montrés du doigt.

Perturbateurs endocriniens : attention, danger pendant la grossesse !

Une étude scientifique, réalisée à l'université de Californie (États-Unis), et publiée dans la revue Human Reproduction, pointe une nouvelle fois les dangers potentiels des perturbateurs endocriniens, notamment lorsqu’ils sont utilisés pendant la grossesse.

Selon les résultats, les petites filles exposées in utero à des substances chimiques néfastes présentes dans les cosmétiques auraient un plus grand risque de puberté précoce

Savoir comment ces produits chimiques affectent la santé

« Nous savons que certaines des choses que nous mettons sur notre corps pénètrent dans notre corps, soit parce qu'elles traversent la peau, soit parce que nous les respirons, soit parce que nous les ingérons par inadvertance », a rappelé Kim Harley, coauteure de cette étude. Pour la scientifique, il est donc crucial de « savoir comment ces produits chimiques affectent notre santé. »

Au final, ces perturbateurs endocriniens « miment » ou remplacent l'action des hormones naturelles, ce qui a des conséquences sur les organes, soumis à ces hormones. Parce que les organes du futur bébé sont encore en formation, la grossesse est une période particulièrement à risque.

À lire aussi : Comment limiter au quotidien son exposition aux perturbateurs endocriniens