Depuis janvier 2019, 800.000 foyers fiscaux ont modulé leur taux afin d'être prélevé à la hausse ou à la baisse pour mieux correspondre aux changements qui ont lieu dans le foyer. Cela concerne notamment les jeunes retraités.

800.000 foyers fiscaux français ont changé leur taux de prélèvement à la source

Le chiffre est impressionnant ! 800.000 foyers fiscaux français, sur près de 16 millions de foyers imposés, ont changé leur taux de prélèvement à la source, depuis le 2 janvier 2019, selon une révélation de RTL, mardi 9 avril. Dans le détail, 56% d’entre eux ont choisi de le baisser et 44% de le revoir à la hausse, en signalant leur changement de situation sur le site impôts.gouv.fr.

Mais qui sont ces 450.000 foyers qui ont revu leur taux à la baisse ? Cette modulation a été réalisée soit à cause d'une diminution de revenus soit grâce à la naissance d'un enfant. Les nouveaux retraités sont donc concernés mais aussi les chômeurs. Sans la réforme, ils auraient dû attendre septembre 2020 pour pouvoir payer moins d'impôt. 

Coller à sa réalité fiscale du moment

Pour rappel, le prélèvement à la source est entré en vigueur en France le 2 janvier 2019, après des années de réflexion et des mois de préparation. Selon le ministre de l’Action et des Comptes publics, il a été instauré pour réaliser de grandes économies. L'impôt sur le revenu est donc désormais prélevé automatiquement, tous les mois, qu'il s'agisse de salaires, de traitements de fonctionnaires, mais aussi de pensions de retraites, d'allocations chômage, ou même d'indemnités d'arrêt maladie.

Le but du gouvernement est de coller à sa réalité fiscale du moment, sans attendre. Certains ménages ont ainsi choisi d'anticiper l'augmentation de leurs revenus, en modulant à la hausse leur taux. 352.000 personnes ont donc fait la demande pour être davantage prélevés, à cause, par exemple, d'une hausse de salaire prévue en 2019, ou d'un enfant qui n'est plus à charge.

À lire aussi : Budget 2019 : 6 milliards ou 3,5 milliards de baisses d’impôts ?