Dans le cadre du grand débat, l'UFC-Que choisir a proposé douze mesures en faveur du pouvoir d'achat « sans surcoût pour les finances publiques ». Le but est d'appeler les Français à voter pour « les trois propositions les plus urgentes à leurs yeux ».

Des propositions pour augmenter le pouvoir d'achat de 320 euros par ménage

Le pouvoir d'achat est au coeur des préoccupations des Français, comme le démontre la crise des Gilets Jaunes. L'UFC-Que Choisir a décidé de contribuer au grand débat en proposant lundi 4 février douze mesures concrètes. Selon l'association, ces propositions pourraient favoriser une « progression durable du pouvoir d'achat de plus de 9 milliards d'euros, soit plus de 320 euros par ménage. » Et, ceci, sans surcoût des dépenses publiques.

L'UFC les détaille dans un communiqué. Pour elle, l'augmentation des prix de certains produits, le 1er février, date de l'entrée en vigueur de la loi Alimentation, pourrait être annulée. La suppression de cette mesure, mise en place pour aider à revaloriser les revenus des agriculteurs, entraînerait « 800 millions d'euros d'économie ».

Baisse des tarifs bancaires, réforme du permis de conduire...

Autre proposition de l'UFC : la « portabilité du numéro de compte bancaire ». Si elle permet de faciliter un changement de banque, elle générerait 1,2 milliard d'euros de baisse des tarifs bancaires. Et d'ajouter : la suppression des commissions d'intervention en cas d'incident bancaire dégagerait 2,8 milliards d'euros par an.

De nombreux domaines sont concernés. L'association propose ainsi la libéralisation de la vente de pièces de carrosserie automobiles avec à la clé 415 millions d'euros. Elle réclame enfin l'application de l'encadrement des loyers, dans les zones les plus tendues, pour « favoriser l'accès de tous au logement ». Mais également une réforme du permis de conduire, « une régulation des dépassements d’honoraires pour tous les médecins », etc.

À lire aussi : Discours d’Emmanuel Macron : ses principales annonces