Certains se sont peut-être déjà demandés pourquoi il y a des trous dans les hublots des avions. La réponse n’est pas réservée aux ingénieurs. Appelés « bleed holes », ils jouent en fait un rôle dans la sécurité de votre voyage.

Des fenêtres à trois volets

Ces trous sont en fait coincés entre plusieurs volets en acrylique. Le premier, appelé « volet zéro », est celui que l’on peut toucher de l’intérieur. Le volet central est celui qui comporte le trou, puis l’on retrouve la vitre extérieure. Tout cela joue un rôle dans le maintien de la pression entre l’intérieur et l’extérieur de l’appareil et permet de vous protéger et de bien respirer. Le dernier volet fait donc le plus gros du travail, car c’est la dernière barrière entre vous et les nuages.

Pour voyager dans les meilleures conditions, il est nécessaire que l’air de la cabine soit identique à la pression de l’air que l’on a l’habitude de respirer sur Terre. Dans le cas contraire, cela entraînerait un voyage avec des complications telles que le manque d’oxygène traduit par l’hypoxie.

Les grimpeurs connaissent ce changement de pression

Pour mieux comprendre cette différence, l’Américain Vaccum Society explique qu’au niveau de la mer nous rencontrons environ 1,0 kg par centimètre carré de pression. Or, quand nous sommes dans l’avion ou en altitude, cette pression descend à 0,2 kg par centimètre carré. Voilà pourquoi nous avons du mal à respirer en montagne.

Le petit trou sert donc à réduire la pression sur le volet du milieu, afin de réguler celle à l’intérieur de l’avion. Dans le cas où la vitre extérieure serait brisée, le volet du milieu nous protégerait contre le manque de pression de l’air extérieur. Ce petit trou permet également d’éviter que la vitre ne soit embuée, en raison de la différence de température.

Vous aimerez aussi : Découvrez le quotidien d’un pilote d’avion