La production française d'oignons a connu une baisse de 20 à 25% en 2018, suite à la sécheresse qui a sévi dans le pays. Conséquence, on retrouve des oignons d'Australie ou de Nouvelle-Zélande sur les étals durant l'été 2019, pour un prix plus élevé.

La sécheresse de l'été 2018 a entraîné une baisse de la production d'oignons en France

Les oignons AOC et AOP sont toujours produits en France. Pourtant, aujourd'hui, le consommateur ne trouve que des oignons qui ont parcouru plus de 15.000 kilomètres avant d'être mis en vente. En effet, depuis fin avril 2019, dans les grandes et moyennes surfaces hexagonales, des oignons jaunes venus d'Australie, de Nouvelle-Zélande ou de Tasmanie ont envahi les rayons.

La cause est environnementale : la sécheresse qui a frappé la France durant l'été 2018 a entraîné une baisse de la production d'oignons dans l'Hexagone. La production annuelle d'oignons jaunes aurait ainsi diminué de 20 à 25% en un an. Pour rappel, la France produit d'habitude chaque année près de 400.000 tonnes d'oignons, assez pour une consommation auto-suffisante.

Une demande toujours présente, malgré une offre inexistante

Les supermarchés en ont bien conscience mais comment faire ? Impossible de consommer local si le produit est en rupture de stock. La demande est là car si certains sont regardants et tentent de réduire l'empreinte carbone de leurs achats, pour d'autres, il est indispensable de trouver le produit recherché, peu importe où il est produit. 

Mais au final ces voyages depuis l'autre bout du monde coûtent cher. Conséquence, on peut ainsi retrouver des oignons à plus de 4 euros le kilo, alors que le prix moyen des oignons français oscille normalement entre 1,10 euro et 1,50 euro selon les enseignes.

Vous aimerez aussi : Conseils pour économiser sur son budget courses