Après plusieurs siècles, les scientifiques ont enfin compris comment l’eau conduit l’électricité. Une étude récente détaille davantage ce procédé considéré comme l’un des plus importants en chimie et en biologie.

Les détails d’un procédé encore trouble

Une étude menée par les chercheurs de l’Université de Yale, aux États-Unis, montre les détails d’ensemble de ce processus. Le fait que l’eau soit conducteur d’électricité n’est pas surprenant, mais c’est pourtant un procédé qui échappe à une explication précise depuis plusieurs années. L’étude réalisée par Mark Johnson consistait à analyser les molécules passant le long de protons, des particules chargées positivement.

L’objectif de l’étude était de comprendre comment ces molécules pouvaient passer le long des particules à la manière d’une course de relais. Jusqu’à maintenant, les chercheurs s’appuyaient sur le processus décrit par le chimiste Theodor Grotthuss en 1806, dont les détails sont assez troubles. Selon ce mécanisme, un excès de protons se transmet à travers les molécules d’eau, ces dernières peuvent alors bénéficier d’un excès de charge et se le transmettre de manière presque instantanée.

Un nouveau processus pour observer le mécanisme Grotthuss

Une nouvelle étude réalisée par les chercheurs a permis de mieux appréhender la conductivité de l’eau, un phénomène crucial dans plusieurs réactions chimiques sur Terre. En partant du mécanisme de Grotthuss, les chercheurs ont « été en mesure de révéler une séquence de déformations concertées comme les images d’un film », comme l’a précisé Mark Johnson.

Cette étude permettra également de mieux comprendre les processus chimiques qui se produisent à la surface de l’eau. Il existe aujourd’hui un débat entre les scientifiques consistant à savoir si la surface de l’eau est plus ou moins acide que la majeure partie de l’eau. La nouvelle technique d’imagerie découverte par les chercheurs devrait répondre à cette question.