D’après une étude menée sur plus de 116 000 femmes, la consommation de produits laitiers et poissons gras, deux aliments riches en calcium et vitamine D, permettrait de limiter le risque de ménopause précoce.

La vitamine D et le calcium efficaces contre la ménopause précoce

Une étude réalisée en 1989 sur plus de 116 000 infirmières âgées de 25 ans et 42 ans s’est penché sur le régime alimentaire de ces dernières. Leur indice de masse corporelle, leur condition médicale, leur mode de vie (consommation de tabac, d’alcool) ont également été pris en compte.

Parmi ces femmes, 2 041 ont été confrontées à une ménopause précoce, c’est-à-dire avant l’âge de 45 ans. Publiées dans la revue American Journal of Clinical Nutrition, les conclusions de cette étude sont sans appel : les régimes alimentaires riches en vitamine D et en calcium semblent très efficaces pour réduire le risque de ménopause prématurée. En effet, les chercheurs à l’origine de cette étude ont constaté que la vitamine D, présente dans les produits laitiers enrichis et les poissons gras, permettait de réduire ce risque de 17 %, tandis que le calcium était associé à une diminution de 13 % du risque.

L’impact de la ménopause précoce sur la fertilité

Alors que les femmes retardent de plus en plus l’âge auquel elles ont leur premier enfant, les ménopauses précoces peuvent réduire leurs chances de tomber enceinte, dans la mesure où la fertilité est réduite dans les dix années qui précèdent la ménopause.

Outre ces difficultés liées à la conception d’un enfant, les ménopauses précoces peuvent donner lieu à des complications de santé, telles qu’un risque accru de maladie cardiaque, de fracture osseuse, ou encore de souffrir de troubles cognitifs.  

À lire aussi : Tous les symptômes de la ménopause