Certaines interventions sont désormais facturées dans la plupart des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS). Une manière de lutter contre les appels abusifs et les interventions « de confort ». 

39% des appels ne concerneraient pas les secours

Dépannage dans un ascenseur, transfert à l’hôpital… Pour ces types de missions pas nécessairement urgentes, il va falloir sortir le chéquier si vous appelez les pompiers. La majorité des SDIS facturent désormais les interventions « de confort » pour éviter de se déplacer pour rien. 

Plus d’un tiers (39%) des 19 millions d’appels passés en 2017 auprès des pompiers, ne nécessitaient pas l'intervention des secours, rapporte Le Figaro. Un phénomène qui s’aggrave d’année en année et qui peut empêcher des missions plus urgentes d’être effectuées. 

Plusieurs centaines d’euros

Pour décourager ce genre de pratique, les pompiers remettent une facture pour tout déplacement « inopportunes ». Une grille tarifaire différente selon les départements. Le Figaro indique que les déplacements dits « de confort » sont depuis le 1er juin facturés au prix de 346 euros en Vendée. En Loire-Atlantique, le prix est de 297,40 euros. 

Auprès du quotidien, Éric Flores, contrôleur général des sapeurs-pompiers de France, assure que cette facturation est légale « lorsque les interventions ne revêtent pas de caractère d’urgence et ne relèvent pas de nos missions ». Si vous y avez recours, la facturation sera annoncée au téléphone par le standard des pompiers.

À lire aussi : Les pompiers sont de plus en plus victimes d’agressions