Après le dernier pic de pollution qui a sévi sur l’Île-de-France, les Franciliens ont dépassé la dose annuelle de pollution tolérée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pas plus de trois jours de pic de pollution par an

Les Franciliens ont vécu un pic de pollution hors normes, en fin de semaine dernière. Entre mercredi 21 et vendredi 23 février, Airparif, qui enregistre les taux de particules fines dans l’atmosphère, a relevé des niveaux allant jusqu’à 65 microgrammes par mètre cube d’air en plein Paris, soit bien au-dessus des normes préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Et si cet épisode semble aujourd’hui terminé, il faudrait, selon les préconisations sanitaires de l’OMS, qu’il soit le dernier cette année. L’Organisation préconise en effet qu’un individu ne soit pas exposé plus de trois jours par an à des concentrations supérieures à 50 microgrammes par mètre cube d’air.

Privilégier les transports en commun pour limiter les émmissions de particules fines

Au-delà de ce seuil, les risques sur la santé peuvent être nombreux. Une exposition fréquente aux particules fines provoque des maladies cardiovasculaires, respiratoires et peut favoriser l’apparition de diabète, de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ou encore de cancers. L’Organisation mondiale de la Santé rappelle d’ailleurs que « plus de 2 millions de décès prématurés peuvent chaque année être attribués aux effets de la pollution de l’air extérieur dans les villes et de l’air intérieur des habitations [...] à travers le monde ». 

Pour lutter contre ces phénomènes, les autorités préconisent de limiter les déplacements en voiture et d’utiliser les transports en commun. Chez soi, il est également recommandé de ne pas surchauffer son habitation, d’entretenir régulièrement ses installations de chauffage, de trier ses déchets pour favoriser leur recyclage et leur valorisation énergétique et de limiter l’utilisation de produits ménagers chimiques.

À lire aussi Pollution : 92 % de la population mondiale respire un air de mauvaise qualité