Les sources de pollution intérieure sont nombreuses mais il est possible de limiter les polluants en adoptant des gestes simples. Des professionnels peuvent vous fournir un diagnostic gratuit sur l’état de votre environnement intérieur et vous aider à changer vos habitudes.   

Les sources de pollution intérieure

La fumée de cigarette est le polluant intérieur le plus connu. Mais beaucoup de fumeurs ignorent que lorsqu’ils fument à la fenêtre, les composants de la fumée imprègnent l’habitat. La seule solution pour éviter toute contamination est de fumer dehors, ce qui est légèrement contraignant si vous n’avez pas de terrasse, jardin ou balcon, mais permettra d’éviter le tabagisme passif de votre entourage.

D’autres produits, parfois méconnus, polluent votre intérieur. On peut ainsi citer certains produits de bricolage, notamment les peintures, qui peuvent émettre des substances chimiques pendant des mois ; les produits ménagers ; l’encens, les bougies parfumés, les sprays « rafraichissants » …

Une aide gratuite

Si vous souhaitez limiter au maximum la pollution de votre intérieur, vous pouvez dès à présent bannir les produits odorants précédemment cités. Il est également conseillé, si vous envisagez de faire des travaux ou de repeindre vos murs, de privilégier les produits les plus respectueux de l’environnement possible. Enfin, côté ménage, remplacez votre eau de javel et autres nettoyants chimiques par des produits naturels qui font amplement l’affaire, tels que le bicarbonate de soude, le savon noir, et le vinaigre d’alcool.

Enfin, sachez qu’il est possible de bénéficier du diagnostic d’un conseiller médical en environnement intérieur (CMEI), qui vous aidera à repérer les polluants intérieurs et à prendre les mesures qui s’imposent. Si vous souffrez d’asthme et que votre médecin demande un diagnostic, ce dernier sera gratuit si le conseiller est rémunéré par un hôpital, une collectivité ou une association.

À lire aussi : Les Néerlandais inventent... un aspirateur à pollution !