Le nombre de bouteilles en plastique et autres polluants à base de ce matériau connu pour sa très lente décomposition, inquiète les grands de ce monde. Au Forum économique mondial de Davos, nombre de multinationales viennent par ailleurs de se mettre d’accord sur un plan d’action afin de réduire cette pollution.

Les géants de l'industrie s'engagent

Unilever, Procter & Gamble, Dupont, Danone, L’Oréal, Marks & Spencer, Mars... Toutes ces entreprises et bien d’autres encore viennent de promettre qu’ils apporteront leur aide au recyclage des plastiques et réduiraient leur recours à ce matériau. Unilever, la société derrière les glaces Ben & Jerry's, Magnum et Carte d'Or, les lessives Persil et Cajoline, ainsi que les produits d’hygiène de marques Dove et Signal, est allée encore plus loin. L’entreprise s’est engagée à ce que l’ensemble de ses emballages en plastique soient soit réutilisables, soit recyclables, soit compostables d’ici 2025.

« Le cycle économique du plastique tel que nous le connaissons aujourd’hui n’est pas efficace. Il est le résultat d’une innovation fragmentée, non coordonnée et lente. En repensant fondamentalement le système et en allant vers une convergence, les protocoles proposés rendent possible la création de marchés efficaces », peut-on lire sur le site de la Fondation.

270 000 tonnes de plastique dans les océans

D’après l’initiative The New Plastics Economy, lancée par la Fondation Ellen MacArthur, les océans comptaient une tonne de plastique pour cinq tonnes de poissons en 2014. Si rien n’est fait, ce ratio devrait atteindre 1 pour 3 en 2025 et ... 1 pour 1 d’ici 2050. Ce problème est d’une énorme importance, car les poissons ingurgitent du plastique, le confondant avec leur nourriture. Les oiseaux, à leur tour, mangent ces mêmes poissons. La dépollution des océans est donc une question de survie pour de nombreuses espèces.

Selon une étude publiée fin de 2014 dans la revue scientifique américaine PLOS ONE, près de 270 000 tonnes de plastique flotteraient à la surface des océans. La Fondation Ellen MacArthur affirme que 20 % de la production mondiale de plastique pourrait être réutilisés, tandis que 50 % pourrait être recyclés. Elle appelle donc à redoubler d’efforts en termes de recyclage et de réutilisation, mais aussi en termes de conception des emballages, de façon à ce que ces 30 % restants ne polluent pas les océans.

À lire aussi : Déchets vs poissons 2050