La pollution de l’air est de plus en plus mortelle. L’exposition aux particules fines fait chaque année des millions de victimes. Grâce à un nouveau dispositif, l’OMS est aujourd’hui en mesure de suivre l’évolution de ce fléau.

Des cartes interactives pour mesurer les niveaux de pollution mondiaux

La quasi-totalité de la planète respire un air de mauvaise qualité. C’est la conclusion d’une grande étude menée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le sujet. Selon les données recueillies par l’organisme, 92 % des habitants de la Terre respirent un air qui se situe au-dessus des normes de l’OMS.

Pour parvenir à ce constat, l’OMS a analysé la qualité de l’air de 3 000 sites sur lesquels ont été installés des dispositifs permettant d’analyser, en temps réel, la qualité de l’air. Ces informations, combinées aux données fournies grâce à des images satellites, ont permis la création de cartes interactives qui permettent de suivre l’évolution de la pollution atmosphérique dans le monde.

3 millions de décès sont liés à la pollution de l’air extérieur chaque année

« De plus en plus de villes surveillent désormais la pollution de l’air, les données satellites sont plus complètes et des progrès sont accomplis dans la précision des estimations sanitaires correspondantes », a ainsi déclaré le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé pour l’OMS. « Ce nouveau modèle constitue une étape majeure en ce qui concerne la production d’estimations encore plus sûres sur la charge mondiale considérable de plus de 6 millions de décès – 1 décès sur 9 dans le monde – dus à l’exposition à la pollution de l’air intérieur et à la pollution de l’air extérieur », a-t-elle encore ajouté.

Chaque année, 3 millions de décès sont liés à l’exposition à la pollution de l’air extérieur. La pollution de l’air intérieur est aussi mise en cause et en 2012, selon les estimations, 6,5 millions de décès (soit 11,6 % des décès dans le monde) étaient associés à ces deux formes de pollution. « Près de 90% des décès liés à la pollution de l’air surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et près de deux décès sur trois surviennent dans les Régions OMS de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental », note encore l’OMS.

À lire aussi : 9 citoyens sur 10 menacés par la pollution de l'air dans le monde selon l'OMS