Une vidéo montrant l'arrestation de dizaines de lycéens arrêtés par la police et gardés à vue, à genoux, provoque une polémique.

189 jeunes gardés à vue à Mantes-la-Jolie

Une vidéo tournée manifestement par un policier à Mantes-la-Jolie, le jeudi 6 décembre 2018, a déclenché de vives réactions dans la classe politique. Même le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, est intervenu pour dire qu'il trouvait la vidéo choquante.

La scène, manifestement immortalisée par un policier, montre plusieurs dizaines de jeunes lycéens à genoux, les mains sur la tête, encadrés par une poignée de policiers avec matraques et boucliers. Une voix enregistrée avec la vidéo commente : « Voilà une classe qui se tient sage. On tourne pas la tête, on regarde droit devant ».

70 policiers face à plusieurs centaines de jeunes manifestants

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, tout en condamnant les images, a justifié les gardes à vue. Les 70 policiers mobilisés pour intervenir dans le quartier du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie ont en effet affronté plusieurs centaines de jeunes, souvent très violents. Plusieurs véhicules ont été incendiés. Et c'est faute de menottes ou de colliers de serrages, utilisés pour immobiliser les mains des personnes interpellées, que les policiers ont dû procéder à une garde à vue, au sens propre du terme.

La polémique intervient malheureusement au mauvais moment pour l'exécutif. Certains experts craignent qu'elle n'attise un peu plus la colère des manifestants radicalisés, déterminés à en découdre avec les forces de l'ordre. 

À lire aussi : Un rapport sur le mal-être des policiers présenté au Sénat