Des allergènes et autres polluants entrent dans la composition de certaines marques de peintures à l’eau, selon 60 Millions de consommateurs. Et le magazine alerte : les étiquettes n’informent pas toujours le consommateur sur cette teneur en toxines.

De puissants allergènes présents dans des peintures

La méthylisothiazolinone (MIT), un conservateur puissant et allergène notoire, est présent dans la composition de certaines peintures à l’eau utilisées pour les travaux, selon le magazine 60 Millions de consommateurs. Dans le numéro du mois de mars, les résultats d’un examen de pots de peinture montrent que : « 47 des 48 peintures analysées incorporent deux thiazolinones différentes ». 

Et ce n’est pas tout puisque d’autres conservateurs de type isothiazolinone ont aussi été détectés. Pire, ces puissants allergènes sont « présents à des concentrations non-négligeables ». Ainsi sur 14 de ces 48 produits, des tests complémentaires ont révélé la présence « de composés organiques volatils (COV) problématiques, augmentant d’autant plus les risques toxiques ». Certains sont même classés cancérogènes avérés comme le benzène et le formaldéhyde.

La présence de ces produits n'est pas indiquée sur les étiquettes

Selon l’association de défense des consommateurs, la présence de ces produits n’est pas indiquée systématiquement sur les étiquettes et certaines peintures écolo contiennent elles aussi ces substances indésirables. 

En février 2016, l’Agence de sécurité sanitaire citait également les peintures parmi les produits de consommation courante susceptibles de contenir ce conservateur préoccupant qu'est la MIT. Le risque allergique, le plus souvent exprimé par un eczéma de contact, est bien réel. Pour rappel, la MIT est interdite depuis le 12 février 2018, mais « seulement dans certains produits cosmétiques, (…) ceux qui s’utilisent sans rinçage comme les crèmes et les laits pour le visage ou le corps. »

À lire aussi Comment éliminer les allergènes de la maison ?