Le groupe d’experts chargé de rendre un avis sur l’augmentation du SMIC recommande de ne pas le valoriser plus que ne le prévoit la formule le 1er janvier 2017. Selon eux, la situation économique fragile et incertaine ne permettrait pas de procéder à cette revalorisation. Mais peut-être que François Hollande sera tenté de ne pas respecter cet avis.

Faut-il s’attendre à une surprise de dernière minute ?

Tous les ans, le salaire minimum (SMIC) est revalorisé selon une formule de calcul complexe basée sur l’inflation. Toutefois, la faible inflation constatée durant ces dernières années n’a que faiblement revalorisé le SMIC. En effet, celui-ci n’a augmenté que de 0,8 % en 2015 et 0,6 % en janvier dernier. Cependant, le gouvernement peut décider d’accorder un coup de pouce en gonflant la hausse, une action qu’il n’a plus fait depuis 2012, lorsque François Hollande avait déclaré une hausse de 2 %.

La revalorisation légale du SMIC sera donc dévoilée mi-décembre, tout comme les paramètres légaux, à savoir l’inflation pour les ménages les plus modestes et la moitié des gains de pouvoir d’achat du salaire horaire de base des ouvriers et employés. 

Le gel continu du SMIC : une exception en Europe

Si l’on regarde les autres pays, le Royaume-Uni a prévu une forte hausse du salaire minimum alors que plusieurs débats sont organisés en Europe du sud. Des doutes persistent encore aux Etats-Unis quant aux intentions du futur gouvernement de Donald Trump. En France, François Fillon qui est déjà le gagnant de la primaire de la droite, affirme qu’il souhaite revoir le mécanisme de revalorisation du SMIC.

En tout cas, le groupe d’experts chargé de décider s’il faut ou non accorder ce bonus a une nouvelle fois rendu un avis négatif pour l’année 2017. La décision finale du gouvernement sera dévoilée le 19 décembre prochain. 

Pour en savoir plus : Budget : ce qui va changer en 2017