À Blagnac, le maire est un fervent opposant aux compteurs Linky. Et pour aider ses administrés à refuser la pose de ces installations, il vient de signer un arrêté municipal laissant les Blagnacais libres de refuser la venue de l’installateur.

Le maire signe un arrêté municipal contre les compteurs Linky

Les compteurs Linky suscitent une vive polémique, partout en France, depuis qu’Enedis a lancé sa campagne d’installation, il y a quelques mois. Et si, en 2021, il sera devenu obligatoire d’être équipé de ce compteur communiquant, certains particuliers, et certaines communes, tentent encore le tout pour le tout pour y échapper.

C’est à Blagnac, en Haute-Garonne, que se joue la dernière manche de ce conflit. Le maire de la commune, Joseph Carles, a pris, le 17 mai 2018, un arrêté qui vise à permettre aux habitants de refuser l’installation du compteur Linky.

En 2021, le compteur Linky sera devenu obligatoire

Dans cet arrêté, la mairie affirme que « l’usager, qu’il soit propriétaire ou locataire, doit être clairement informé au préalable de la pose d’un compteur communiquant et doit pouvoir exercer son droit de refus par lettre simple ». « Aucun compteur ne pourra être posé sans l’accord formel, exprimé en toute liberté, de l’usager concerné », stipule encore l’arrêté municipal.

Les opposants au compteur Linky craignent que ces installations, outre le coût astronomique qu’elles suscitent, ne représentent un danger pour la vie privée des Français, le recueil des données de consommation électrique étant désormais automatique et totalement numérisé. Certains craignent également que les ondes générées par ces compteurs ne soient dangereuses pour la santé.

À lire aussi Pouvez-vous refuser le compteur Linky ?