Ouragans à répétition sur les États-Unis, tempêtes tropicales sur les Antilles, cyclones en Asie... La tentation est grande d'y voir une manifestation probante du réchauffement climatique.

Un manque de recul sur les ouragans

Le souci, c'est que ces phénomènes climatiques exceptionnels existent depuis toujours dans ces régions du globe. On en retrouve la trace dans des écrits séculaires en Asie ainsi que dans les écrits des premiers colons nord-américains

De plus, les données précises les concernant, en particulier le suivi satellite, n'ont que quelques décennies de recul. Trop peu pour permettre de dire de manière objective et scientifiquement valide, que le réchauffement climatique a contribué à l'augmentation et l'aggravation de ces phénomènes. 

Paradoxe : les ouragans pourraient être moins nombreux demain

À ce manque de données et de recul s'ajoute une assez grande méconnaissance de ces phénomènes météo. Ce n'est que depuis peu de temps que des équipes de scientifiques travaillent à mieux les comprendre. 

Paradoxe ultime : certains envisagent que le réchauffement climatique a vocation à perturber les régimes de vents dans ces régions. Et ces perturbations pourraient avoir pour conséquences d'entraver le mécanisme de déclenchement des cyclones et autres ouragans ! En revanche, une fois lancés, il pourrait les rendre plus violents...

À lire aussi : Ouragans : les prénoms Matthew et Otto ne seront plus jamais attribués