L’argent des PV reçus par les automobilistes représente environ 1,85 milliards d’euros. À quoi sert cet argent ensuite ? On pourrait naturellement penser qu’il est utilisé pour financer des actions pour la sécurité routière, mais la réalité est tout autre.

Seul un tiers de la recette des amendes revient aux automobilistes

Sur 1,85 milliards d’euros de PV, seul un tiers revient réellement aux automobilistes, comme l’a révélé une enquête menée par le magazine Auto Plus. En effet, ces fonds sont consacrés à 18 % à la voirie, à 8 % aux routes et seulement à 0,16 % aux campagnes de sensibilisation à la sécurité routière.

Par ailleurs, 13 % sont alloués à l’entretien des radars automatiques ou encore au traitement des PV, soit près de 218 millions d’euros. Ainsi, payer un PV revient en quelque sorte à augmenter ses chances d’en recevoir un autre.

Désendetter la France avant tout

Finalement 438,5 millions d’euros servent à payer la dette nationale. On remarque donc que cette utilisation s’éloigne assez largement de la volonté initiale d’améliorer les conditions de circulation et la prévention dans le domaine de la sécurité routière.

À Paris, la fermeture des voies sur berge rive droite doit permettre une évaporation du trafic. Une partie des recettes tirées des amendes est consacrée à l’amélioration des transports en commun. Les PV payés par les automobilistes ne sont donc pas toujours en relation directe avec les dépenses concernées.

À lire aussi : Paris : 63 millions de pertes à cause de la fraude dans les transports en commun