La décision de justice est majeure bien qu’elle ait de quoi faire sourire : le fleuve Whanganui, le troisième plus long fleuve de Nouvelle-Zélande, a été reconnu comme étant une « personnalité juridique » à part entière.

La reconnaissance du lien intime qui lie ce fleuve et la tribu des Whanganui pour qui il est sacré.

Un fleuve « personnalité juridique »

La tribune des Whanganui, tribu néo-zélandaise, considère le fleuve à qui elle donne le nom comme sacré. Avec la reconnaissance, pour celui-ci, d’un statut de « personnalité juridique », ils vont pouvoir défendre leurs intérêts et les intérêts du fleuve devant les tribunaux. Le statut vient en effet avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que ceux de toute autre personnalité juridique néo-zélandaise.

Chris Finlayson, ministre de la Justice de Nouvelle-Zélande, est conscient du côté exceptionnel de cette décision : « Cette approche qui accorde à un fleuve une personnalité juridique est unique ». Mais ainsi faisant, le fleuve pourra être défendu par des avocats devant des tribunaux dans des affaires civiles et pénales.

Déjà une victoire pour les Whanganui

Les Whanganui, qui appellent le fleuve Te Awa Tupua, seront les bénéficiaires des sommes qui pourront être gagnées au nom de leur fleuve. Ils ont déjà reçu plusieurs décisions de justice en leur faveur dont, notamment, 52 millions d’euros au titre de frais de justice. Mais, surtout, ils pourront mieux protéger leur fleuve des activités humaines.

L’équivalent d’une vingtaine de millions d’euros leur ont déjà été attribués pour améliorer l’état du fleuve. Deux avocats plaident actuellement en faveur du fleuve et de ses intérêts : un qui représente les intérêts de la tribu et un qui représente les intérêts du gouvernement.