Le jour de la libération fiscale approche. À partir du 26 juillet prochain, les Français auront fini de ne travailler que pour financer les dépenses de l’État. Il leur restera 159 jours pour profiter de l’argent qu’ils gagnent.

207 jours à ne travailler que pour l’État

Cette année encore, les Français auront travaillé une grande partie de l’année pour financer les dépenses publiques. Selon les derniers chiffres publiés par l’association Contribuables Associés, en 2016, les Français auront travaillé 207 jours pour financer l’État, les collectivités locales, la Sécurité sociale ou encore l’Union européenne. À compter de la date symbolique du 26 juillet, les travailleurs pourront commencer à profiter, pendant 159 jours, du fruit de leur labeur.

Les dépenses publiques françaises devraient représenter 56,60 % du produit intérieur brut (PIB) en 2016, selon les estimations de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La sphère publique absorbe donc plus de la moitié de la richesse produite en France. Un record en Europe puisqu’en moyenne, les contribuables de la zone euro fêtent leur libération fiscale un mois avant la France, note encore l’association dans un communiqué.

991 milliards d’euros de prélèvements obligatoires

Cette année, les Français auront versé 991 milliards d’euros en prélèvements obligatoires à l’État. Ce chiffre est en constante évolution depuis plusieurs années et, selon l’association, la tendance devrait se poursuivre.

En effet, si Contribuables Associés note un léger fléchissement de la dépense publique en 2016, l’année 2017 devrait marquer une nouvelle envolée et donc des prélèvements plus importants. En cause : les « cadeaux gouvernementaux » de cette fin de mandat qui « pèseront lourdement sur le budget de la France », estime l’association.