Les smartphones coûtent très cher à l’environnement. Selon un récent rapport de l’ONG Greenpeace, nos téléphones portables sont énergivores dès leur fabrication et polluants car trop peu recyclés.

Les consommateurs sont largement incités à changer de smartphone régulièrement

Le cycle de fabrication et de recyclage des smartphones est défaillant et représente une véritable menace pour la planète. C’est ce que révèle le dernier rapport publié par l’ONG Greenpeace, qui s’alarme de l’impact bien trop négligé de la consommation de smartphones dans le monde. Une consommation largement encouragée par les opérateurs et les fabricants, qui poussent aujourd’hui les utilisateurs à changer de mobile au bout de seulement quelques mois, voire quelques années dans le meilleur des cas, d’utilisation.

L’association de défense de l’environnement avance des chiffres assez révélateurs puisqu’elle note que depuis 2007, année symbolique qui a vu naître le premier iPhone, pas moins de 968 TWh ont été utilisés pour fabriquer des smartphones. C’est l’équivalent de la consommation d’électricité de l’Inde pendant un an, ou de la Belgique pendant 11 ans.

Il y a de l’or dans vos smartphones

Outre l’énergie dépensée dans la fabrication de ces téléphones, l’association pointe du doigt les trop faibles efforts faits pour recycler correctement ces engins. Selon Greenpeace, à peine 16 % des déchets provenant des smartphones usagés entreraient actuellement dans un véritable cycle de recyclage.

La France ne fait pas exception et la consommation de téléphones mobiles est très importante dans l’Hexagone. Les pouvoirs publics se sont récemment emparés du sujet pour une raison pas si écologique. Un rapport sénatorial s’est en effet intéressé, en septembre dernier, à tous ces téléphones qui dorment dans les tiroirs des Français après avoir été remplacés. Des objets qui, s’ils n’ont plus de valeur pour leurs propriétaires, pourraient en avoir davantage pour l’État. Parmi les composants de tous les téléphones, on compte en effet des métaux précieux tels que de l’or. Une tonne de cartes électroniques pourrait en effet contenir jusqu’à 1kg d’or, 5 kg d’argent, 9kg de tantale et 250 kg de cuivre, un véritable trésor.

À lire aussi : Pollution : 92 % de la population mondiale respire un air de mauvaise qualité