Une étude scientifique apporte un éclairage nouveau au phénomène de la fonte des glaces en Arctique. Si l’impact des activités humaines est indiscutable, des variations naturelles du climat expliqueraient également la rapidité de cet événement.

Des phénomènes naturels également responsables de la fonte des glaces

Lorsqu’on parle de fonte des glaces et de diminution alarmante de la taille de la banquise, le lien est immédiatement fait avec les activités humaines, les gaz à effets de serre et le réchauffement climatique. Une nouvelle étude scientifique apporte un éclairage assez inédit sur la question, puisqu’elle affirme que si l’homme a sa part de responsabilités dans ce phénomène climatique, la nature est également en cause.

Cette équipe de chercheurs, qui vient de publier ses conclusions dans la revue Nature Climate Change, affirme en effet que la diminution de la banquise serait également liée à des phénomènes tout à fait naturels qui pourraient être responsables, pour moitié, de la fonte des glaces, depuis le début des années 80.

Bientôt plus de glace en Arctique l’été ?

C’est en Arctique que se déroulerait ce phénomène naturel. La circulation atmosphérique en été provoquerait depuis quelques décennies des variations naturelles du climat, réchauffant particulièrement la banquise à cette saison. La plupart des météorologistes s’accordent d’ailleurs à penser que la disparition de la glace de cet océan en été n’est qu’une question de temps.

En revanche, si ces variations naturelles s’estompaient, ce qu’imaginent les auteurs de cette étude dans leurs conclusions, la fonte des glaces pourrait se poursuivre, mais à un rythme beaucoup moins rapide. Ne resterait alors plus que les effets néfastes des activités humaines à contrôler pour que le climat retrouve son équilibre.

À lire aussi : Une vidéo de la NASA montre des images inquiétantes de la fonte des glaces