La NASA vient de mettre en ligne une annonce pour un emploi qui peut en surprendre plus d’un : « agent de protection de la planète ».

La NASA cherche un profil hautement qualifié et technique

Si vous entendez dire qu’une administration américaine cherche à recruter un « agent de protection de la planète », il se peut que vous pensiez à quelqu’un dont la mission sera d’empêcher le réchauffement climatique ou des catastrophes naturelles. Mais il s’agit en réalité d'une personne dont la mission sera d’encadrer les échanges de cultures bactériennes entre la Terre et d’autres planètes, qui sont susceptibles d’avoir lieu lors de missions spatiales.

Les candidats devront justifier d’une vaste expérience dans le domaine de l’ingénierie, en particulier dans la formulation d’avis indépendants et techniquement valables et l’évaluation de situations complexes. Une expérience dans la diplomatie est également demandée, l’offre d’emploi précisant que le candidat doit savoir « trouver une solution avantageuse pour l’ensemble des parties au cours de discussions multilatérales extrêmement complexes ».

Les échanges de bactéries représentent un danger

Le profil recherché est très technique, et ce n’est pas un hasard : au fur et à mesure que l’homme poursuit l’exploration spatiale, le risque de contamination bactérienne augmente. Les bactéries, dont tout organisme vivant (personne, animale ou plante) est porteur, peuvent potentiellement faire des dégâts si elles sont exportées sur d’autres planètes. De la même manière, les bactéries en provenance d’autres planètes peuvent perturber l’évolution de la vie sur Terre.

Au regard de l’immensité de notre galaxie (et de l’existence d’une multitude d’autres galaxies), la vie sur d’autres planètes n’est pas impossible. Mais, contrairement aux fantasmes, il y a peu de chances que cette vie ait la forme d’une civilisation intelligente ; il est en revanche beaucoup plus probable qu’il s’agisse de formes de vie primitive, et donc de bactéries. L’« agent de protection de la planète » ne risque donc pas de manquer de travail !

À lire aussi : La Nasa recrute pour des missions sur Mars, qui postule ?