C’est un amusement vieux comme le monde, mais qui se remet tous les ans au goût du jour : les plongées dans la neige font toujours des heureux, qu'on soit jeune ou moins jeune.

Un jeu universel

Le phénomène a connu un essor particulier avec la généralisation des caméras dans les téléphones et l’adoption massive des réseaux sociaux. Qu’on vive aux États-Unis, au Canada, en Suède, en Finlande, en Norvège ou en Russie, avec l’arrivée de l’hiver, cet amusement n’échappe à aucun pays de l’hémisphère nord. Et quand on regarde ses comparses des quatres coins du monde faire de même sur YouTube ou sur Facebook, la tentation de battre le record ne peut pas être plus grande.

Autrefois cantonnées au sein d’un même lycée ou de la même fac, ces compétitions se font désormais à l'échelle planétaire. Les adeptes de ce curieux sport se font même des défis sur Internet, avec le hashtag Snowchallenge : une simple recherche YouTube fait apparaître, tenez-vous bien... 106 000 vidéos !

L'Ice Bucket Challenge remis au goût du jour

Ces défis reprennent les mêmes codes que les désormais célèbres Ice Bucket Challenge, Don't Judge Challenge et Belly Button Challenge. Le premier défi, à l’été 2014, consistait à se faire verser sur la tête un seau d’eau glaciale, ou bien, si la personne refuse, de faire un don pour faire avancer la recherche dans le domaine des maladies neuro-motrices. Le deuxième défi consistait à remettre en question l’obsession du physique parfait en prenant en photo son visage quand il a l’air le moins avantageux, et le troisième, de passer un des bras autour du dos pour arriver à atteindre le nombril.

Au cours du Snowchallenge, les participants ayant relevé le défi peuvent, à leur tour, « nominer » leurs amis pour qu’ils en fassent de même. Seule circonstance incommodante, hélas : la neige ne tombe pas partout en quantité suffisante et ne dure pas non plus longtemps. Néanmois, cet hiver encore, le Snowchallenge a repris de plus belle !