Le tribunal de San Francisco va devoir déterminer si le Roundup est à l’origine du cancer d'un jardinier de 46 ans, en phase terminale. Monsanto risque des millions de dollars de dommages et intérêts.

Un Américain accuse Monsanto d'être responsable de son cancer

Dewayne Johnson est le premier particulier atteint d'un cancer à défendre son cas dans un procès face à Monsanto. Atteint d'un lymphome non hodgkinien, cancer incurable, cet Américain accuse le géant agrochimique d'être responsable de sa maladie.

Âgé de 46 ans, cet homme n'aurait jamais cru être encore vivant pour son procès. Il a pulvérisé le pesticide 20 à 30 fois par an lorsqu'il travaillait comme responsable antiparasitaire pour un établissement scolaire. Et sa maladie a été diagnostiquée il y a quatre ans.

Un procès pour établir si l'herbicide Roundup est cancérigène

Monsanto s'est donc retrouvé ce lundi 9 juillet 2018 sur le banc des accusés lors d'un procès à San Francisco qui devra établir si son herbicide Roundup est cancérigène. En outre, le groupe américain est jugé pour savoir s'il a volontairement caché la dangerosité de ce produit élaboré à partir du glyphosate.

Vendu depuis plus de 40 ans, le Roundup est l'un des herbicides les plus utilisés au monde. Et il contient donc du glyphosate, une substance très controversée et qui a déjà fait l'objet de nombreuses études scientifiques quant à son caractère cancérigène. Monsanto a toujours démenti. L'entreprise américaine risque des millions de dollars de dommages et intérêts dans ce seul dossier. Et ce procès sera suivi d'autres, puisque des centaines de plaintes ont été déposées.

À lire aussi : Du glyphosate détecté dans l’urine de plusieurs personnalités