La femme de David Ramault, le meurtrier présumé d’Angélique Six, a porté plainte pour vandalisme après des dégradations commises contre le domicile du couple. 

La femme de David R., qui a avoué le meurtre d'Angélique, a porté plainte

Après des actes de vandalisme commis sur son domicile, la compagne de David R. a porté plainte ce mardi 1er mai. Au lendemain de la mise en examen de ce dernier, pour le meurtre d’Angélique, c’est « une femme dévastée », « une femme détruite » que Maître Hervé Corbanesi a vu arriver dans son cabinet à Lille, explique-t-il à LCI. 

Placé sous scellés, le domicile a été la cible de dégradations volontaires dans la nuit de lundi à mardi 1er mai. « La maison a été caillassée, des vitres ont été brisées », s'est ainsi indigné au Figaro Maître Corbanesi, qui indique qu'une plainte a été déposée auprès du commissariat de police. Une autre plainte pourrait être déposée après que des photos de la famille, accompagnées d'insultes et de menaces, ont circulé sur les réseaux sociaux.

Les deux familles se connaissaient 

La compagne du meurtrier présumé a expliqué à son avocat n’avoir rien vu venir. Et cette mère de deux enfants a évidemment une pensée pour les parents de la jeune fille 13 ans. Son avocat  témoigne : « Une des premières choses qu’elle m’a dit en entrant dans mon cabinet, c'est : "Moi je suis une maman, comment serais-je si on m’avait enlevé un de mes deux enfants dans les conditions que l’on connaît ?" ». Pire, les deux familles se connaissaient puisqu’elles ont habité dans le même immeuble. 

Et sur LCI, Maître Corbanesi explique que sa cliente est elle aussi victime dans cette affaire. « Sa vie a sombré. Elle et ses enfants vont avoir besoin d’un soutien psychologique, leur maison est sous scellés... » argumente-t-il. Il entend demander à ce qu’elle puisse se constituer partie civile. Pour rappel, déjà condamné en 1996 pour « viol avec arme », « attentats à la pudeur aggravés » et « vol avec violence », inscrit depuis au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS), David R. est aujourd'hui mis en examen pour « séquestration », « viol » et « meurtre ».

À lire aussi : Meurtre d'Angélique, 13 ans : un homme, déjà condamné pour viol, a avoué