Des chercheurs, qui ont étudié l’évolution de la population de poissons de la Méditerranée entre 1950 et 2011, ont constaté que le réchauffement climatique, en bloquant la production de plancton, était davantage responsable de la destruction de l’écosystème de la mer que la surpêche.   

Le réchauffement climatique empêche la production de plancton

D’après des chercheurs, qui ont analysé toutes les données recueillies par les centres de recherche du bassin méditerranéen entre 1950 et 2011, en l’espace de 61 ans, la population de poissons vendus dans le commerce a baissé de 34 % dans la mer Méditerranée, celle des grands prédateurs de 40 % et celle des mammifères marins de 41 %.

Le réchauffement des eaux en surface (qui résulte du réchauffement climatique) bloquerait la remontée des nutriments situés au fond de la mer, ce qui empêcherait la formation de plancton. Le plancton étant à la base de la chaîne alimentaire, sa diminution signifie que les poissons ont moins à manger et sont donc moins nombreux.

Le réchauffement climatique détruit l’écosystème de la mer

Les conclusions de cette étude, publiées ce mercredi 29 mars 2017 dans la revue Nature, sont alarmantes : plus encore que la surpêche, le réchauffement climatique détruit l’écosystème de la mer Méditerranée.

La diminution de la population de poissons résulte en premier lieu du ralentissement de la production de planton, même si la surpêche contribue également à décimer la population de poissons qui peuplent la Méditerranée. 

À lire aussi : Déchets vs poissons 2050